Madina : tension entre les forces de l’ordre et les vendeurs de médicaments

Les autorités guinéennes continuent la traque contre la vente des produits pharmaceutiques dans le grand marché de Madina. Ce lundi 20 novembre 2023, Une manifestation spontanée a éclaté au grand marché de Madina, ici, à Conakry. Il s’agit d’une révolte des vendeurs qui s’opposent à leur interdiction d’ouvrir leur lieu de commerce par les autorités qui viennent récemment d’interpeller des commerçants qui ont bravé l’interdiction de vente illicite de produits pharmaceutiques. Ils dénoncent une mesure de trop. Des échauffourées ont éclaté, suivis de gaz lacrymogène. 

Des comportements des forces de l’ordre que dénoncent certains commerçants. Baldé Ibrahim est vendeur de chaussures. Bien qu’il ne soit pas concerné par l’opération, l’emplacement de sa boutique fait de lui une victime. « Nous sommes des vendeurs de Chaussures. Mais depuis vendredi, on ne peut ouvrir nos marchandises. Pour toute chose, il faut un préavis. Mais ici, ils viennent brusquement fermer. S’il y a la pagaille ici, nous, on ne peut pas vendre. Nos dépenses sont dans nos boutiques, tout est fermé. Il n’y a pas d’accès pour rentrer. C’est pourquoi, nous sommes assis ici et on veut que les autorités nous aident. »


Il souhaite que les autorités donnent un préavis pour permettre aux vendeurs de produits pharmaceutiques pour vider les boutiques. Sinon, les opérations menées actuellement impactent même ceux qui ne vendent pas les médicaments. «Moi, je vends les chaussures, mais, s’il n’y pas d’entente, nous nous, on peut pas vendre. Ce ne sont pas les médicaments qui sont là. Il y a des vendeurs de fils électriques, de chaussures. Etc… »


Il se dit terrorisé par les forces de l’ordre. Il déplore le manque de discernement des agents et la violence qui a caractérisé l’opération.

Leave A Reply

Your email address will not be published.