Mali : le Gouvernement met fin à l’accord de paix et de réconciliation de 2015

Le gouvernement de la Transition du Mali a mis fin jeudi, à l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali, signé en 2015 entre les autorités et les groupes rebelles du nord, avec effet immédiat.

C’est ce qui ressort d’un communiqué du gouvernement de la Transition lu à la télévision nationale par le porte-parole le colonel Abdoulaye Maiga

Cette décision se justifie, selon le porte-parole du gouvernement, entre autres, par le changement de posture de certains groupes signataires de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali, devenus des acteurs terroristes et poursuivis par la justice malienne, après avoir commis et revendiqué des actes terroristes.

Le colonel Maiga a affirmé que le Gouvernement de la Transition avait constaté « l’inapplicabilité absolue de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali issu du processus d’Alger » et, par conséquent, « annonce sa fin, avec effet immédiat ».

Par ailleurs, le gouvernement de la Transition a invité tous les autres groupes signataires dudit accord de paix, non impliqués dans le terrorisme, ainsi que les partenaires du Mali à s’inscrire dans l’esprit du dialogue direct inter-malien ouvert à tous les compatriotes épris de paix, annoncé par le colonel Assimi Goïta, président de la Transition, chef de l’Etat, le 31 décembre 2023.

Goïta avait, en effet, annoncé la nationalisation du processus de paix inter-malien, pour « éliminer les racines des conflits communautaires et intercommunautaires », avait-il souligné.

Pour rappel, l’accord de paix et de réconciliation entre le gouvernement malien et les groupes rebelles du nord avait été signé le 15 mai puis le 20 juin 2015 à Bamako, grâce à une médiation internationale pilotée par l’Algérie sous l’égide des Nations Unies.

Leave A Reply

Your email address will not be published.