Koubia- Daouda Bah : ‘’j’ai égorgé ma marâtre parce que je la voyais en rêve en chatte, en oiseaux, en meute de chiens“

On vous disait dans nos précédentes dépêches, qu’une femme du nom de Fatimatou Diallo, 40 ans, a été égorgée par le fils de sa coépouse hier nuit, alors qu’elle revenait de la mosquée pour la prière de Nafila.

La cavale de Daouda Bah, le mis en cause n’a duré que quelques heures. Il a été arrêté peu avant midi par les citoyens de Darou-Boussoura, un district de la commune rurale de Fafaya, préfecture de Koubia, en Moyenne Guinée.

Interrogé sur sa forfaiture, sans ambages, il a reconnu les faits avant de pointer du doigt les forces obscures.

« Il y a un problème entre ma famille et moi. Entre nous, des forces obscures se sont mêlées pour nous mettre en mal. C’est la raison pour laquelle j’ai eu une altercation avec ma marâtre hier soir, finalement elle est décédée. (À la question de savoir si c’est lui qui l’a tuée il a répondu: oui c’est moi). C’est hier nuit on s’est rencontrés alors qu’elle revenait de la mosquée pour la prière surérogatoire, c’est dans notre village, j’avais un couteau, c’est ce couteau que j’ai utilisé pour la poignarder, mais je ne sais pas où, puisqu’il faisait obscur, et je n’avais pas de lampe torche avec moi. Si je me couche la nuit, je rêve de ma marâtre, des rêves qui me font peur, elle vient sous différentes formes, parfois elle se transforme en une chatte, des fois des oiseaux, ou une meute de chiens. Je ne dirais pas qu’elle voulait m’ensorceler mais c’est ce à quoi je rêvais que je vous ai expliqué », affirme Daouda Bah.

Poursuivant, le jeune accusé d’avoir égorgé sa marâtre, demande pardon aux citoyens en ces termes: « Je demande pardon pour ce qui s’est passé, je ne vais jamais répéter cela. Je ne bois pas d’alcool et je ne fume pas ».

Aux dernières nouvelles, Daouda Bah a été envoyé par les gendarmes à Koubia, où il est actuellement entendu sur ¨PV, avant d’être  mis à la disposition de la justice.

Médiaguinee.con

Leave A Reply

Your email address will not be published.