Immigration : Ce que Cellou Dalein Diallo pense du mouvement « Quittons le pays ! »

Dans son message de vœux du nouvel an, le président de l’UFDG, Cellou Dalein Diallo, s’est prononcé sur la Transition en cours en Guinée. Il a exprimé son mécontentement face à la gouvernance du CNRD dirigé par le Colonel Mamadi Doumbouya. L’ancien Premier ministre a dressé un bilan sombre quant à l’évolution de la transition notamment le retard dans l’exécution du chronogramme signé entre les autorités militaires guinéennes et la CEDEAO.

Autre sujet évoqué par le leader de l’UFDG, c’est le départ massif des jeunes vers l’immigration . Sur ce point, Cellou Dalein Diallo dit :

« L’année 2023 a été aussi marquée par un départ massif de notre jeunesse pour l’étranger, notamment à destination de l’Europe via le Maghreb et la Méditerranée, et de l’Amérique du Nord via le Nicaragua et le Mexique. Écrasés par le chômage, la précarité des conditions de vie et les restrictions des libertés, ces jeunes n’ont pas hésité à traduire en musique l’envie pressante de partir.

« Quittons le pays ! », ce slogan chanté en chœur par les jeunes guinéens, est l’écho de cette volonté de fuir l’inhospitalité politique, le chômage endémique et la pauvreté, fléaux aggravés par l’incapacité des pouvoirs publics à prendre en charge les questions vitales de l’éducation, du développement rural et de l’industrialisation de notre pays.

En effet, pour une grande partie de la jeunesse guinéenne, la Guinée se définit comme une absence d’opportunités, une société de galère, où la vie ne peut avoir de sens qu’au prix d’insertions dans les réseaux de privilège, de corruption, de trafic d’influence et de banditisme.

Je demeure convaincu qu’une telle Guinée où prospèrent la délinquance et l’injustice n’est pas celle que nous voulons léguer à nos enfants. La Guinée que nous voulons pour 2024 et les années à venir est celle qui offre à sa jeunesse une solide formation, des emplois décents et de bonnes perspectives d’épanouissement. Une Guinée réconciliée avec sa jeunesse, fière de son histoire, confiante en son avenir et à même de garantir l’égalité des droits et des chances entre tous les fils du pays. Une Guinée capable de fédérer les énergies, les compétences, les connaissances pour constituer une puissance publique viable et représentative de tous. Cette Guinée ne pourra être l’œuvre d’un seul homme ou d’un groupe particulier et ne pourra se construire dans la haine, l’exclusion et la violence.

C’est par le sens retrouvé du dialogue, du compromis et de l’intelligence de nos intérêts communs que nous pouvons faire de notre pays un lieu d’espérance où la vie vaut la peine d’être vécue pour tous. Le dialogue avec les forces représentatives de notre société est consubstantiel au succès de la transition et de ce fait, exige des détenteurs du pouvoir actuel, courage et dépassement de soi pour le salut de la nation. »

Leave A Reply

Your email address will not be published.