Mali : La justice ouvre une enquête sur des chefs d’Al-Qaida et de la CMA

Le procureur général près la cour d’appel de Bamako a annoncé, mardi soir, l’ouverture d’une enquête sur des chefs de la branche malienne d’Al-Qaida ainsi que d’autres membres signataires de l’accord pour la paix et la réconciliation issus du processus d’Alger pour « infractions présumées d’associations de malfaiteurs, d’actes de terrorisme, de blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme ainsi que de détention illégale d’armes de guerre ».

« Le Procureur général près la cour d’appel de Bamako informe l’opinion publique nationale et internationale que de l’exploitation de renseignements à lui transmis, il appert la constitution entre certains individus d’une association ayant pour but de semer la terreur, de porter atteinte à l’unité nationale, à l’intégrité territoriale et à ternir l’image des Forces Armées Maliennes (FAMA) », indique-t-on dans un communiqué consulté par Anadolu.

Selon le document, « ces faits révélés étant d’une extrême gravité sont susceptibles de constituer des infractions présumées d’associations de malfaiteurs, d’actes de terrorisme, de blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme, de détention illégale d’armes de guerre et de munitions et de complicité de ces mêmes faits ».


Il s’agit de Alghabass Ag Intalla président de la Coordination des Mouvements de l’Azawad (CMA), Bilal Ag Acherif secrétaire général du Mouvement National de l’Azawad (MNLA), Ibrahim Ould Handa membre de la (CMA), Fahad Ag Almahmoud secrétaire général dissident du Groupe d’autodéfense Imghad et Alliés (GATIA), Iyad Ag Ghaly alias Abou Al Fadal ou Fadel émir du Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM / Branche malienne d’Al-Qaida) et de Hanoune Ould Ali membre du Mouvement arabe de l’Azawad (MAA).

À ceux-là s’ajoutent Mohamed Ag Najim chef militaire du Mouvement national de libération de l’Azawad, Achafagui Ag Bouhada leader du Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM), Housseine Ould Ghoulam du Mouvement Arabe de l’Azawad (MAA) et Amadou Barry alias Amadou Kouffa chef de la katiba Macina, un groupe affilié au Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans.


Pour rappel, cette enquête est intervenue après que les Forces armées maliennes « se sont emparées » de la ville de Kidal (nord) le mardi 14 novembre 2023, « en infligeant de lourdes pertes aux groupes armés terroristes », tel annoncé par le président de la Transition, le colonel Assimi Goïta, dans un flash spécial diffusé sur la télévision nationale.

Le Cadre stratégique permanent pour la paix, la sécurité et le développement (CSP-PSD), regroupant les principaux groupes armés maliens du nord, avait pour sa part annoncé son retrait de la ville de Kidal pour des raisons stratégiques pour cette phase de combats.

Leave A Reply

Your email address will not be published.