Traque de Claude Pivi: le barreau rappelle à l’Etat son « obligation de se conformer à la loi »

Le barreau de Guinée a dénoncé ce mercredi 08 novembre 2023 les violations de droits de l’homme survenues dans les jours suivants l’évasion de Moussa Dadis Camara et compagnie à la maison centrale de Coronthie. Le barreau a fait une déclaration dans laquelle elle dit constater de nombreuses violations des droits des citoyens. « Dans le cadre de la traque des assaillants, les témoignages font état de bavures et d’exactions commises par les éléments des forces de défense et de sécurité sur les citoyens dont le seul tort serait vraisemblablement d’avoir des liens avec l’un des accusés qui reste encore en cavale ou qui serait supposément proche de tels ou tels membres du groupe d’assaillants. Des percussions opérées dans les quartiers où des fugitifs sont suspectés d’être cachés. Des cas de dégradation et de soustraction de biens sont également signalés et rapportés par les médias. Enfin, des avocats constitués par les accusés mis en cause dans ces événements se plaignent de recevoir des menaces»

Au regard de cette situation, le barreau de Guinée déplore les cas de morts survenues à l’occasion de ces événements. Le barreau rappelle qu’une « situation d’exception ou d’urgence ne doit justifier les violations des droits humains. »

Le barreau de Guinée exhorte les autorités judiciaires à engager des enquêtes pour élucider les circonstances de cette opération et d’identifier les auteurs et complices.

Néanmoins, le barreau invite les autorités à tous les niveaux à s’abstenir de prendre des mesures administratives ou autres qui ne seraient pas fondées sur le droit. Le barreau rappelle aux autorités que leurs devoirs régaliens de rechercher et d’arrêter les auteurs de l’attaque contre la maison centrale ne les affranchissent de l’obligation de se conformer à la loi.

Leave A Reply

Your email address will not be published.