La canicule tue en Algérie

Quinze personnes sont mortes et 26 autres ont été blessées dans de violents incendies dans le nord et l’est de l’Algérie, dans la nuit de dimanche à lundi, ravivant la mémoire de deux étés de feux dévastateurs dans ces mêmes régions.
De violents incendies dans le nord et l’est de l’Algérie ont provoqué la mort de 15 personnes et en ont blessé 26 autres, dans la nuit de dimanche 23 à lundi 24 juillet, ravivant la mémoire de deux étés de feux dévastateurs dans ces mêmes régions.
Au total, le pays a enregistré 97 départs de feux dans 16 wilayas (préfectures) mais les plus violents incendies ont touché Béjaïa, Bouira et Jijel, faisant 15 morts et 26 blessés, a indiqué le ministère de l’Intérieur dans un communiqué.
Ces feux, attisés par des vents très forts, ont atteint des zones d’habitations dans ces trois préfectures où 1.500 personnes, menacées par les flammes, ont été évacuées, selon le ministère.
L’Algérie fait face à une canicule intense dans une partie de ces régions, avec des pics de températures à 48 degrés attendus lundi, qui contribuent à assécher la végétation, rendue ainsi plus vulnérable aux départs de feux.
De l’autre côté de la frontière avec la Tunisie, dans la zone de Tabarka, dans le nord-ouest, de graves incendies ont démarré lundi, rendant nécessaire l’évacuation de zones habitées, selon des médias locaux.
Le président algérien Abdelmadjid Tebboune a adressé ses condoléances aux familles en évoquant des « victimes civiles » mais aussi « militaires ».
Au total, 7.500 agents et 350 camions ont été déployés pour lutter contre les feux qui ont ravagé des forêts, des maquis et des champs, selon le communiqué ministériel.
Si la plupart des feux ont été maîtrisés, des « opérations d’extinction se poursuivent dans six wilayas: Boumerdes, Bouira, Tizi Ouzou, Bejaïa, Jijel et Skikda, avec la mobilisation de 13 colonnes mobiles et 3.050 agents, appuyés lundi matin par 12 colonnes mobiles et 1.200 agents supplémentaires », selon le ministère.
Douze appareils aériens anti-incendie étaient également encore déployés dans ces six wilayas, notamment des hélicoptères anti-incendie de l’armée et un « avion anti-incendie de grande capacité », selon le communiqué.
Le ministère de l’Intérieur a appelé les citoyens à « éviter les zones touchées et à utiliser les numéros verts mis à disposition pour effectuer tout signalement » d’incendie.
Dans la région de Tizi Ouzou (nord-est), 15 foyers, dont trois jugés importants, ont été éteints dès dimanche soir, selon la Protection civile.
Éviter le scénario de 2021 et de 2022
Chaque été, le nord et l’est de l’Algérie sont touchés par des feux de forêt, maquis et récoltes, un phénomène qui s’accentue d’année en année sous l’effet du changement climatique, entraînant des sécheresses et des canicules. 
En août 2022, de gigantesques incendies avaient fait 37 morts dans la région d’El Tarf, dans le nord-est. L’été 2021 avait été le plus meurtrier depuis des décennies: plus de 90 personnes avaient alors péri dans des feux ayant dévasté le nord, en particulier la Kabylie.
Pour éviter la réédition du scénario de 2021 et de 2022, les autorités ont sonné la mobilisation à l’approche de l’été.
Fin avril, le président Tebboune a ordonné l’acquisition de six avions bombardiers d’eau de taille moyenne et le lancement d’un appel d’offre à destination des start-up pour mieux contrôler le couvert forestier, en utilisant des drones.
En mai, le ministère de l’Intérieur a annoncé l’acquisition imminente d’un avion bombardier d’eau, la location de six autres d’une entreprise sud-américaine avec leurs équipes techniques, et un appel d’offres pour l’achat des six bombardiers d’eau de taille moyenne annoncés par M. Tebboune.
Les autorités ont également procédé à l’aménagement d’aires d’atterrissage d’hélicoptère dans 10 wilayas (préfectures) et mobilisé des drones de fabrication locale pour la surveillance et la prévention des incendies.
L’Algérie avait également passé commande à la Russie de quatre bombardiers d’eau mais leur livraison a été retardée par les « répercussions de la crise en Ukraine », après l’invasion de ce pays par la Russie.

Leave A Reply

Your email address will not be published.